Benutzerspezifische Werkzeuge
Amnesty Urgent Actions
FI 105/22-1
Pérou →
Aktiv seit 11. Januar 2023 | Noch 37 Tage Laufzeit

18 personnes ont été tuées lors de manifestations

AI-Index: AMR 46/6346/2023

Le 9 janvier, 18 personnes ont été tuées durant des manifestations dans la ville de Juliaca (département de Puno), au Pérou. Le pays continue à être le théâtre d’actions de protestation et de violences dans différentes régions, après que l’ancien président Pedro Castillo a annoncé la dissolution du Congrès et qu’il a été arrêté, le 7 décembre. La police nationale et les forces armées ont recouru à une force excessive contre des manifestants. Au moins 40 personnes sont mortes depuis le 7 décembre. Amnesty International exhorte la présidente Boluarte à mettre immédiatement fin à toutes les formes de recours illégal à la force par les forces de sécurité.

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Le Pérou est confronté à une crise politique depuis plusieurs années, qui s’est intensifiée dernièrement lorsque le président de l’époque, Pedro Castillo, a annoncé la dissolution du Congrès national le 7 décembre 2022.

Le Tribunal constitutionnel et le Congrès ont rejeté cette décision, et Pedro Castillo a été arrêté le jour même. La vice-présidente, Dina Boluarte, a prêté serment peu après et les autorités locales l’ont officiellement reconnue comme leur nouvelle commandante en chef.

Ces événements ont déclenché dans différentes régions du pays une vague de protestation, qui a été réprimée par les forces armées et la police péruviennes. Aux premiers jours des manifestations, des dizaines de personnes ont été blessées et au moins deux personnes sont mortes. Des journalistes locaux ont par ailleurs signalé avoir été agressés et privés de leur équipement par la police nationale.

Au 16 décembre, deux jours après que l’État péruvien a décrété l’état d’urgence face à la crise politique, le nombre de personnes tuées s’élevait à 17.

Les manifestations ont brièvement perdu de leur intensité durant les vacances de Noël, mais la nouvelle année venue, des milliers de personnes sont redescendues dans la rue au Pérou, et la répression d’État s’est accentuée.

Le 9 janvier, au moins 18 personnes sont mortes et des dizaines d’autres ont été blessées dans la ville de Juliaca.

Depuis le début des manifestations, les sources officielles ont signalé la mort d’au moins 40 personnes dans les départements de Puno, d’Ayacucho, d’Apurimac, de Cusco, de Junin, de La Libertad et d’Arequipa. Il convient de signaler que la plupart des victimes appartiennent à des communautés rurales et historiquement marginalisées au Pérou.

Amnesty International a fait état de son inquiétude face à l’emploi d’une force excessive contre les manifestant·e·s, et a lancé des appels en faveur de l’accès à la justice et à des recours. Le 12 décembre, l’organisation a diffusé un premier communiqué de presse dénonçant la mort de deux personnes. Une Action urgente a été lancée le lendemain afin de demander la cessation immédiate des violences contre les manifestant·e·s. Le 16 décembre, Amnesty International a publié un deuxième communiqué de presse réclamant des comptes concernant le décès d’au moins 17 personnes. Enfin, le 10 janvier, un troisième communiqué de presse a été diffusé après les événements de Juliaca.

Amnesty International rappelle aux autorités qu’une manifestation ne perd pas son caractère pacifique même si certains individus se rendent sporadiquement responsables d’actes illégaux. Par conséquent, le respect, la garantie et la protection des droits fondamentaux des personnes manifestant de manière pacifique ne doivent pas s’en trouver diminués. Les forces de sécurité doivent par ailleurs privilégier des solutions pacifiques face à la situation et s’abstenir d’utiliser la force d’une manière qui soit contraire aux normes internationales.

Passez à l'action

  • Envoyez un appel en utilisant vos propres mots ou en vous inspirant du modèle de lettre ci-dessous.

  • Passez à l'action dans les réseaux sociaux: voir les infos (en anglais) dans le champ jaune à droite

  • Merci d'agir dans les plus brefs délais, avant le 7 mars 2023

  • Veuillez écrire des lettres/messages courtois, de préférence en espagnol ou dans votre propre langue.

Modèle de lettre

Modèle de lettre en espagnol cliquer ici / Aqui modelo de carta en español

Estimada Sra. presidenta Dina Boluarte,
Escribo para expresarle mi preocupación por la muerte de 18 personas durante las protestas en la ciudad de Juliaca, en la región de Puno, en Perú, el 9 de enero de 2023. También me preocupan las decenas de personas que resultaron heridas ese día.
Estas muertes se suman al alarmante número de víctimas mortales de al menos 40 personas desde el inicio de la crisis política en Perú, el 7 de diciembre de 2022, en el contexto de la represión de las protestas. El gobierno ha arremetido contra quienes han expresado su descontento con la crisis, desplegando a la Policía Nacional y a las Fuerzas Armadas durante las protestas en todo el país y haciendo un uso excesivo de la fuerza contra los manifestantes.
Las normas internacionales de derechos humanos sobre el uso de la fuerza exigen que ésta sólo se emplee contra manifestantes cuando sea estrictamente necesario, de manera proporcional y con un fin legítimo, y que su uso se someta a un proceso de rendición de cuentas.
Le insto a que busque el diálogo y ponga fin de inmediato a toda forma de fuerza ilegítima por parte de las fuerzas de seguridad, incluido el cese efectivo de cualquier uso excesivo de la fuerza contra los manifestantes. También le insto a que utilice todos los recursos disponibles para salvaguardar la vida y la integridad de todas las personas heridas, proporcionando el apoyo necesario a las familias de los fallecidos, y a que colabore con las autoridades que investigan todas las denuncias de violaciones de derechos humanos en el contexto de la crisis actual de forma rápida, exhaustiva, independiente e imparcial.
Atentamente,

 

- - -

Madame la Présidente,

Je vous écris afin de vous faire part de la profonde inquiétude que m’inspire la mort de 18 personnes lors de manifestations dans la ville de Juliaca (département de Puno) au Pérou, le 9 janvier 2023. Je déplore par ailleurs que des dizaines d’autres personnes aient été blessées ce jour-là.

Ces homicides viennent alourdir un bilan déjà alarmant, puisqu’au moins 40 personnes ont été tuées depuis le début de la crise politique au Pérou le 7 décembre 2022 et dans le contexte de la répression des manifestations. Le gouvernement s’en est pris à des personnes ayant exprimé leur mécontentement face à la crise, en déployant la police nationale et les forces armées durant les manifestations à travers le pays et en recourant à la force de manière excessive contre les manifestant·e·s.

Selon les normes internationales relatives aux droits humains portant sur le recours à la force, celle-ci ne doit être utilisée contre des manifestant·e·s que si cela est strictement nécessaire et proportionné, et dans un but légitime. Tout recours à la force doit ensuite donner lieu à un processus de reddition de comptes.

Je vous exhorte à essayer de nouer le dialogue et à mettre immédiatement fin à toutes les formes d’utilisation illégale de la force par les forces de sécurité, notamment en faisant cesser tout recours excessif à la force contre les manifestant·e·s. Je vous demande aussi d’utiliser toutes les ressources à votre disposition afin de protéger la vie et l’intégrité des personnes blessées, de fournir le soutien nécessaire aux familles de victimes, et de collaborer avec les services concernés de sorte à mener dans les meilleurs délais une enquête approfondie, indépendante et impartiale sur les allégations de violation des droits humains dans le contexte de la crise actuelle.

Veuillez agréer, Madame la Présidente, l’expression de ma haute considération.

 

Appels à

Présidente Dina Ercilia Boluarte Zegarra
Jr. De la Unión S/N, cuadra uno Lima
Lima 15001
Perú

E-mail: dboluarte@presidencia.gob.pe
Twitter: @DinaErcilia //
Présidence de Pérou: @presidenciaperu
Facebook:
https://www.facebook.com/people/Dina-Boluarte-Zegarra/100063863224126/

Contact information: https://www.gob.pe/institucion/presidencia/funcionarios/77719-dina-ercilia-boluarte-zegarra

 

Copies à

Ambassade du Pérou
Thunstrasse 36
3005 Berne

Fax: 031 351 85 70
E-mail: info@embaperu.ch

 

 

- - -

Envoi de courier par poste dans le monde - info générale: L'envoi de lettres PRIORITY est possible dans presque tous les pays.
Veuillez vérifier
sur le site Internet de la Poste Suisse si des lettres sont actuellement envoyées au pays de destination.
Faute de quoi nous vous demandons d'envoyer votre lettre par e-mail, fax ou les médias sociaux (si disponibles) et/ou de l'envoyez via l'ambassade avec la demande de transmission à la personne désignée.


Possible réponse à votre lettre

Il est possible que vous recevriez une réponse à votre lettre d'appel. Vous n'êtes pas tenu de répondre vous-même, mais nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous envoyer cette lettre de réponse. Idéalement scannée par e-mail à ua@amnesty.ch. Nous transmettons les réponses à l'équipe de recherche concernée (via le secrétariat international d'Amnesty). Les collègues analysent le contenu et décident de la marche à suivre, ce qui peut se traduire par une Action urgente complémentaire.

Nous ne craignons aucune conséquence en Suisse pour les militant-es des Actions urgentes. Cependant, il peut être judicieux de ne pas écrire une lettre si vous avez l'intention de voyager dans le pays (ou d'y avoir de la famille). Cela vaut surtout pour les pays «problématiques» et répressifs. (Russie, Turquie, Chine, ...)

Social media

We demand President Dina Boluarte to put an end on any excessive use of force against protesters in #Peru and seek dialogue. The cost of the political crisis cannot be paid with people's lives nor violence @DinaErcilia

Exigimos a la Presidenta Dina Boluarte detener todo uso excesivo de la fuerza contra personas que protestan en #Perú y a buscar el diálogo. El costo de la crisis política no puede ser pagado con la vida de las personas o a través de la violencia @DinaErcilia

- - -

#CrisisEnElPerú: @DinaErcilia needs to immediately live up to the country's obligation under international law: protect those who protest

#CrisisEnElPerú: @DinaErcilia debe cumplir inmediatamente las obligaciones que impone el derecho internacional: proteger a quienes protestan

«Protect the Protest!»

Das Recht auf Protest ist bedroht wie nie zuvor. Unter dem Slogan «Protect the Protest!» lanciert Amnesty International eine weltweite Kampagne gegen die weltweiten Bestrebungen, dieses fundamentale Menschenrecht zu untergraben.
Zum Portal der Kampagne

- - -

Manifester est devenu risqué. Dans certains contextes, ce droit fondamental est en péril. Avec «Protect the Protest!», Amnesty International lance une campagne mondiale pour défendre le droit de manifester, un droit essentiel au bon fonctionnement de nos sociétés.
Vers le portail de la campagne

13 Briefe verschickt  
My Urgent Actions
Fürs Mitzählen lassen Ihres Briefes und Update-Funktion zu nutzen müssen Sie sich
einloggen oder
anmelden
Downloads
UA 105/22-1 espagnol
Microsoft Word Document, 43.3 kB
UA 105/22-1 english
Microsoft Word Document, 40.9 kB
UA 105/22-1 deutsch
Microsoft Word Document, 41.3 kB
UA 105/22-1 français
Microsoft Word Document, 41.6 kB
Aktionsabfolge