Benutzerspezifische Werkzeuge
Amnesty Urgent Actions
Startseite Urgent Actions 2022 11 Human rights defender must be released
UA 097/22
Bélarus
Aktiv seit 17. November 2022 | Noch 38 Tage Laufzeit
Mitteilung schliessen

VERSION CORRIGÉE

25.11.2022

Une défenseure des droits humains doit être libérée

AI-Index: EUR 49/6207/2022

Nasta (Anastasia) Loika, une défenseure bélarussienne des droits humains, est maintenue en détention de manière arbitraire et purge sa quatrième sanction administrative de 15 jours depuis septembre. Les autorités continuent à s’en prendre à Nasta Loika en portant contre elle de fausses accusations, en représailles contre son travail en faveur des droits humains. Sa sécurité et son bien-être ont suscité de vives inquiétudes après la circulation d’informations selon lesquelles elle a été soumise à des actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements. Elle doit être libérée immédiatement.

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Nasta (Anastasia) Loika est une éminente défenseure des droits humains et éducatrice à ces droits, dont les activités portent essentiellement sur les violations des droits humains liées à la législation bélarussienne répressive relative à la lutte «contre l’extrémisme», sur la protection des ressortissant·e·s étrangers et des apatrides au Bélarus, ainsi que sur l’éducation aux droits humains.

Elle a fait l’objet d'une arrestation arbitraire le 6 septembre, alors qu’elle quittait le tribunal municipal de Minsk, après avoir assisté à une audience dans le cadre du procès contre d’autres défenseur·e·s des droits humains Marfa Rabkova, Andrei Chapyuk et leur leurs huit coaccusés. Ils ont été condamnés à de lourdes peines de prison sur la base d’accusations forgées de toutes pièces. Le 7 septembre, Nasta Loika a été privée de liberté durant 15 jours, prétendument pour «houliganisme simple», au titre de l’article 19.1 du Code des infractions administratives. Le 22 septembre, le tribunal de l’arrondissement Frunzenski, à Minsk, l’a de nouveau placée 15 jours en détention, pour les mêmes motifs. Pendant sa détention, Nasta Loika a été empêchée de consulter son avocat et s’est vu refuser des soins médicaux qui lui étaient nécessaires ainsi que des produits de première nécessité, notamment des vêtements chauds et de l’eau potable. Elle a été remise en liberté le 6 octobre, après avoir purgé sa peine. Par le passé, elle a également été désignée comme suspecte dans une affaire pénale contre le centre de défense des droits humains «Viasna», une organisation lauréate du Prix Nobel de la paix, où elle a travaillé auparavant. Cependant, après le 6 octobre l’enquête dans laquelle elle était soupçonnée a été classée sans suite, et l’interdiction de quitter le pays la visant a été levée.

Le 28 octobre, Nasta Loika a de nouveau fait l’objet d’une arrestation arbitraire à Minsk et le 31 octobre elle a été sanctionnée par 15 jours de privation de liberté, au titre de ces mêmes allégations de «houliganisme simple». Peu après son arrestation, le 28 octobre, des «aveux vidéo» montrant Nasta Loika ont été diffusés sur une chaîne Telegram qui serait liée à la Direction principale du ministère de l'Intérieur chargée de combattre le crime organisé et la corruption (GUBAZIK). Les autorités bélarussiennes ont utilisé à plusieurs reprises des «aveux» vidéo de ce type, arrachés sous la torture et d’autres formes de mauvais traitements ou sous la contrainte à des opposant·e·s au gouvernement et des militant·e·s.

Nasta Loika n’a pas été libérée au terme de ses 15 jours de détention le 14 novembre, et des accusations de « houliganisme simple » ont de nouveau été retenues contre elle. Durant son audience en ligne, Nasta Loika a dit avoir été torturée à l’électricité durant un interrogatoire, et laissée dans la cour sans manteau pendant huit heures. Le froid l’a rendue malade. Les autorités du centre de détention d’Akrestina refusent aussi de lui remettre des colis qui lui sont adressés et contiennent des médicaments, des produits d’hygiène personnelle et des habits chauds dont elle a besoin en urgence. Nasta Loika est restée en détention durant 15 jours supplémentaires.

Nasta Loika, partenaire d’Amnesty International Bélarus de longue date, est une éducatrice aux droits humains de renom. Elle n’a commis aucune infraction et est prise pour cible en raison de son travail en faveur des droits humains.

Passez à l'action

  • Envoyez un appel en utilisant vos propres mots ou en vous inspirant du modèle de lettre ci-dessous.

  • Passez à l'action dans les réseaux sociaux: voir les infos (en anglais) dans le champ jaune à droite

  • Merci d'agir dans les plus brefs délais, avant le 10 janvier 2023

  • Veuillez écrire des lettres/messages courtois, de préférence en bélarussien, russe, anglais ou dans votre propre langue.

Modèle de lettre

Monsieur le Procureur général,

Le renouvellement de la détention arbitraire de Nasta (Anastasia) Loika, défenseure des droits humains et éducatrice à ces droits, et les informations selon lesquelles elle aurait été torturée et soumise à d’autres formes de mauvais traitements m’inspirent de profondes inquiétudes.

Le 28 octobre, Nasta Loika a été victime d’une arrestation arbitraire à Minsk et privée de liberté pendant 15 jours en guise de sanctions en raison d’allégations de «houliganisme simple» (article 19.1 du Code des infractions administratives) fabriquées de toutes pièces. Elle n’a cependant pas été libérée après avoir purgé cette sanction de 15 jours de détention, mais s’est vue prolonger celle-ci de 15 jours supplémentaires pour la même infraction présumée. C’est la quatrième fois depuis le début du mois de septembre que la même sanction est prononcée contre Nasta Loika pour le même motif absurde, ce qui relève d’un schéma de harcèlement établi contre une défenseure des droits humains.

Mais surtout, lors de sa dernière audience en ligne, Nasta Loika a dit avoir été torturée à l’électricité durant un interrogatoire, et laissée dehors dans le froid sans manteau pendant huit heures. Les autorités carcérales refusent par ailleurs de lui remettre des colis contenant des habits chauds, des articles d’hygiène personnelle et des médicaments dont elle a besoin en urgence.

Nasta Loika n’a commis aucune infraction et les autorités s’en prennent à elle de manière continuelle en raison de ses activités en faveur des droits humains.

Je vous exhorte à faire tout ce qui est en votre pouvoir de sorte à:
- garantir que Nasta Loika soit relâchée immédiatement, et mettre fin au recours abusif à la justice administrative contre les défenseur·e·s des droits humains;
- veiller à ce que Nasta Loika ne soit pas torturée ni maltraitée, et qu’elle soit traitée conformément aux lois et normes internationales relatives aux droits humains.

Veuillez agréer, Monsieur le Procureur, l’expression de ma haute considération.

 

Appels à

Andrei Shved
Procureur général de la République du Bélarus

E-mail: info@prokuratura.gov.by

 

Copies à

Ambassade de la République du Bélarus
Quartierweg 6
Case postale 153
3074 Muri b. Berne

Fax: 031 952 76 16
E-mail: switzerland@mfa.gov.by

 

 


Possible réponse à votre lettre

Il est possible que vous recevriez une réponse à votre lettre d'appel. Vous n'êtes pas tenu de répondre vous-même, mais nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous envoyer cette lettre de réponse. Idéalement scannée par e-mail à ua@amnesty.ch. Nous transmettons les réponses à l'équipe de recherche concernée (via le secrétariat international d'Amnesty). Les collègues analysent le contenu et décident de la marche à suivre, ce qui peut se traduire par une Action urgente complémentaire.

Nous ne craignons aucune conséquence en Suisse pour les militant-es des Actions urgentes. Cependant, il peut être judicieux de ne pas écrire une lettre si vous avez l'intention de voyager dans le pays (ou d'y avoir de la famille). Cela vaut surtout pour les pays «problématiques» et répressifs. (Russie, Turquie, Chine, ...)

Social media guide

Nasta Loika, a Belarusian human rights defender, was sentenced to 15 days’ detention on trumped up “petty hooliganism” charges for the 4th time in 3 months. She is being targeted for her legitimate activities as a human rights defender and has committed no crime. Release Nasta now!

14 Briefe verschickt  
My Urgent Actions
Fürs Mitzählen lassen Ihres Briefes und Update-Funktion zu nutzen müssen Sie sich
einloggen oder
anmelden
Downloads
UA 097/22 english (CORRECTED VERSION)
Microsoft Word Document, 40.5 kB
UA 097/22 français (VERSION COORIGÉE)
Microsoft Word Document, 41.3 kB
Mehr zum Thema

Folter

Warum ist Folter immer falsch und nutzlos? Wie engagiert sich Amnesty für die Wahrung des absoluten Folterverbots? Mehr

Menschenrechtsverteidiger

Grundlegende Infos über die Menschenrechte und die verschiedenen internationalen Abkommen. Mehr