Benutzerspezifische Werkzeuge
Amnesty Urgent Actions
Startseite Urgent Actions 2022 06 Environmental defenders disappeared Environmental defenders murdered
FI 054/22-1
Brézil
Aktiv seit 16. Juni 2022 | Noch 43 Tage Laufzeit

Assassinat de défenseurs de l’environnement

AI-Index: AMR 19/5719/2022

Dans la matinée du 5 juin, Bruno Pereira et Dom Phillips, deux défenseurs de l’environnement et des peuples indigènes, ont été soumis à une disparition, dans la vallée de Javari, en Amazonie brésilienne. Le 15 juin, la police fédérale a indiqué qu’une des personnes arrêtées parce qu’elle était soupçonnée d’être impliquée dans leur disparition a avoué les avoir assassinés, et que les restes retrouvés dans la forêt avaient été envoyés aux services de médecine légale. Les autorités ont dans leurs déclarations stigmatisé Bruno Pereira et Dom Phillips, donné des informations contradictoires et tardé à ouvrir une enquête, marquée par un manque de ressources et de transparence. Nous demandons au procureur général de la République de garantir sans délai une enquête exhaustive, impartiale et indépendante sur cette affaire, et de veiller à ce que les personnes soupçonnées d'être pénalement responsables de ces actes soient déférées à la justice.

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Dans la matinée du 5 juin, le journaliste britannique Dom Phillips, qui écrit pour le journal The Guardian, et l’expert indigène brésilien Bruno Pereira, fonctionnaire accrédité de la Fondation nationale de l'Indien (FUNAI), ont été aperçus pour la dernière fois avant leur disparition sur la route reliant la communauté riveraine de São Rafael et la ville d’Atalaia do Norte, dans l’État d’Amazonas, dans le nord du Brésil. Les deux hommes ont traversé la vallée de Javari pour aller interviewer une équipe de surveillance indigène mise sur pied afin d’assurer la protection de la réserve et la préservation de l’environnement sur ses terres.

La vallée de Javari est située à la frontière amazonienne avec le Pérou et la Colombie et elle s’étend sur 8,5 millions d’hectares de terres démarquées et représente la deuxième zone indigène homologuée la plus grande du Brésil. Cette région reculée abrite la plus grande concentration au monde de peuples indigènes ayant choisi de s’isoler, et on ne peut s’y rendre que par des petites routes et par voie fluviale. Comme d’autres régions de l’Amazonie brésilienne, la vallée de Javari est le théâtre d’intenses conflits menés par des envahisseurs liés à des entreprises minières et d’exploitation forestière illégale. De plus, cette région est aussi en proie à des conflits liés au narcotrafic, qui profite de frontières peu surveillées pour contrôler le commerce de la drogue entre les pays frontaliers.

Dans cette région, les fonctionnaires de la FUNAI, les défenseur·e·s des droits humains et les organisations non gouvernementales (ONG) sont depuis longtemps en butte à des violences et à des menaces. En 2019, Maxciel Pereira dos Santos, fonctionnaire de la FUNAI à Tabatinga, a été tué par balle. Ce meurtre n’a à ce jour toujours pas été élucidé.

Le gouvernement brésilien, dirigé par Jair Bolsonaro, est au niveau international connu pour sa politique de démantèlement de la législation relative à l’environnement et pour ses attaques contre les droits des communautés indigènes et traditionnelles. L’Articulation des peuples indigènes du Brésil a mis à jour la plainte qu’elle a déposée le 9 août 2021, qui accuse Jair Bolsonaro de génocide et de crimes contre l’humanité pour l’extermination et la persécution de communautés et d’autres agissements inhumains. Cette plainte vise des faits qui se sont produits entre janvier et mai 2022, y compris la négligence marquant les recherches concernant Bruno da Cunha Araújo Pereira et Dom Phillips et des «actes de barbarie» commis sur le territoire yanomami.

L’État brésilien a l’obligation de veiller à ce que les défenseur·e·s des droits humains, les journalistes et les fonctionnaires puissent effectuer leur travail en toute liberté et en toute sécurité. Bruno Pereira et Dom Phillips étaient connus en raison des informations qu’ils publiaient sur l’Amazonie et de leur engagement en faveur des communautés et des terres indigènes.

 

Passez à l'action

  • Envoyez un appel en utilisant vos propres mots ou en vous inspirant du modèle de lettre ci-dessous.

  • Passez à l'action dans les réseaux sociaux: voir les infos (en anglais) dans le champ jaune à droite.

  • Merci d'agir dans les plus brefs délais, avant le 11 août 2022.

  • Veuillez écrire des lettres/messages courtois, de préférence en portugais ou dans votre propre langue.

Modèle de lettre

Monsieur le Procureur général de la République,

Le 15 juin, la police fédérale a confirmé que Bruno Pereira et Dom Phillips, deux défenseurs de l’environnement et des peuples indigènes, ont été soumis à une disparition puis assassinés dans la région de la vallée de Javari, le 5 juin. Deux personnes ont été arrêtées parce qu’elles sont soupçonnées d’être impliquées dans cette affaire, et l’une d’entre elles a avoué ce crime. Cependant, cette affaire est loin d’avoir été élucidée.

L’État brésilien a le devoir de veiller à ce que toutes les circonstances de cette affaire, marquée par la disparition et la mort de Bruno Pereira et de Dom Phillips, soient éclaircies avec la tenue dans les plus brefs délais d’une enquête transparente, et dans le respect des droits humains tout au long de la procédure.

Nous vous demandons de garantir la tenue dans les plus brefs délais d’une enquête exhaustive, impartiale et indépendante sur la disparition et la mort de Bruno Pereira et de Dom Phillips, tenant compte de leur activité de défense des droits humains. Toutes les personnes soupçonnées d’être pénalement responsables de ces actes doivent être traduites en justice.

Nous demandons justice pour Bruno Pereira et Dom Phillips. Leurs familles doivent obtenir la vérité et réparation, tout comme les peuples indigènes de la vallée de Javari et l’ensemble de la société brésilienne. Il faut empêcher qu’une telle tragédie puisse de nouveau se produire.

Veuillez agréer, Monsieur le Procureur général de la République, l'expression de ma haute considération.

 

Appels à

Augusto Aras
General Prosecutor of the Republic
(SAF Sul Quadra 4 Conjunto C
Brasília/DF- Brésil – Postal Adress 70050-900)

E-mail: pgr-chefiagab@mpf.mp.br
Le meilleur moyen d'atteindre la cible est via E-mail

Copies à

Ambassade du Brésil
Monbijoustrasse 68
3007 Berne

Fax: 031 371 05 25
E-mail: brasemb.berna@itamaraty.gov.br

 

 

Envoi de courier par poste dans le monde - info générale: L'envoi de lettres PRIORITY est possible dans presque tous les pays.
Veuillez vérifier
sur le site Internet de la Poste Suisse si des lettres sont actuellement envoyées au pays de destination.
Faute de quoi nous vous demandons d'envoyer votre lettre par e-mail, fax ou les médias sociaux (si disponibles) et/ou de l'envoyez via l'ambassade avec la demande de transmission à la personne désignée.

7 Briefe verschickt  
My Urgent Actions
Fürs Mitzählen lassen Ihres Briefes und Update-Funktion zu nutzen müssen Sie sich
einloggen oder
anmelden
Downloads
UA 054/22-1 english
Microsoft Word Document, 40.6 kB
UA 054/22-1 deutsch
Microsoft Word Document, 41.1 kB
UA 054/22-1 français
Microsoft Word Document, 41.0 kB
Aktionsabfolge
Mehr zum Thema

Menschenrechtsverteidiger

Grundlegende Infos über die Menschenrechte und die verschiedenen internationalen Abkommen. Mehr