Benutzerspezifische Werkzeuge
Amnesty Urgent Actions
Startseite Urgent Actions 2021 06 Human rights activists arbitrarily detained
UA 063/21
République du Congo
Abgeschlossen am 13. August 2021
Mitteilung schliessen

Concerning News

9.7.2021

We have received concerning news about Alexandre Ibacka Dzabana. Alexandre’s health has deteriorated in the last week. He had spinal surgery last year and suffers from back pain. He is now unable to stand still. He can also barely speak and eat, and is not responding to his medicine. Despite this, Alexandre has not been seen by a doctor.

We are deeply concerned about the severe deterioration of Alexandre Ibacka Dzabana’s health and ask you to continue taking immediate action on this UA, calling for the Congolese authorities to immediately and conditionally release him and Christ Dongui. In the meantime, they should urgently allow Alexandre Ibacka Dzabana to be seen by a doctor and send him to an adequate health facility where he could get the necessary care.


Des militants des droits humains maintenus en détention arbitraire

AI-Index: AFR 22/4237/2021

Les défenseurs des droits humains congolais Alexandre Ibacka Dzabana et Christ Dongui sont détenus de manière arbitraire en raison de leur travail en faveur des droits humains et de leurs critiques envers le gouvernement. En mars, ils ont tous deux été arrêtés devant chez eux par des hommes non identifiés, qui les ont fait monter à bord de véhicules et les ont conduits à la Centrale d’intelligence et de documentation (CID). Ils ont fini par être présentés à un procureur et inculpés d’atteinte à la sûreté de l’État, puis envoyés à la prison centrale de Brazzaville, où ils sont maintenus en détention provisoire uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits humains. Ils doivent être libérés immédiatement et sans condition.

COMPLÉMENT D’INFORMATION

L’arrestation et la détention de personnes exerçant pacifiquement leurs droits humains, notamment les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique, et la répression contre la dissidence pacifique sont contraires aux normes internationales relatives aux droits humains. Bien que la Centrale d’intelligence et de documentation (CID) soit habilitée à arrêter et placer des personnes en détention, elle est tenue d’agir dans le respect du Code de procédure pénale. L’article 48 de ce Code prévoit qu’une personne arrêtée doit être présentée à un procureur dans les 72 heures suivant son arrestation, période qui peut être prolongée de 48 heures sur décision écrite du procureur. Ces dispositions n’ont pas été respectées dans le cas d’Alexandre Dzabana et Christ Dongui, détenus pendant 29 et 15 jours respectivement avant d’être présentés au procureur. L’absence de fondement légal rend leur détention à la Centrale d’intelligence et de documentation illégale et arbitraire. La République du Congo bafoue ainsi sa propre Constitution, dont l’article 9 dispose : «Nul ne peut être arbitrairement accusé, arrêté ou détenu.» Le pays enfreint également la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP).

Le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a statué que les personnes détenues uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits humains devaient être immédiatement libérées. La Commission africaine des droits de l'homme et des peuples a appelé tous les États membres, dans sa résolution 466 sur les prisons et les conditions de détention en Afrique, à libérer différentes catégories de détenus dans le contexte de la pandémie de COVID-19, y compris les défenseurs des droits humains, «afin de réduire la surpopulation carcérale et d'endiguer la propagation du coronavirus».

La détention d’Alexandre Ibacka Dzabana et de Christ Dongui intervient dans un contexte de répression générale visant tous ceux qui ont dénoncé la gestion et la gouvernance ayant dégradé la situation des droits économiques et sociaux, dont ceux qui n’ont pas respecté les mesures de restriction liées au COVID-19. Pour en savoir plus, veuillez consulter le rapport d’Amnesty International intitulé Sur le dos de la crise. Violations du droit à la santé et répression des défenseurs des droits économiques et sociaux en République du Congo, publié en 2021.

Suggested Tweets

[English] Freedom of expression is a human right! Stop silencing People! All voices count in a country based on the rule of law, including Alexandre Ibacka Dzabana and Christ Dongui’s! Stand against authoritarianism! #FreeDzabanaandDongui [Link to UA]

[French] Pas de démocratie sans liberté d’expression ! Cessez de museler les voix des Congolais ! Toutes les voix comptent dans une vraie démocratie ! #LiberezDzabanaetDongui  [Link to UA]

10 Briefe verschickt  
My Urgent Actions
Fürs Mitzählen lassen Ihres Briefes und Update-Funktion zu nutzen müssen Sie sich
einloggen oder
anmelden
Downloads
UA 063/21 english
Microsoft Word Document, 32.0 kB
UA 063/21 français
Microsoft Word Document, 33.1 kB
UA 063/21 deutsch
Microsoft Word Document, 34.3 kB
Aktionsabfolge
Mehr zum Thema

Menschenrechtsverteidiger

Grundlegende Infos über die Menschenrechte und die verschiedenen internationalen Abkommen. Mehr