Benutzerspezifische Werkzeuge
Amnesty Urgent Actions
Startseite Urgent Actions 2020 03 Pro-democracy activists detained Activists released under judicial supervision
FI 029/20-1
Guinée
Aktiv seit 20. März 2020 | Noch 29 Tage Laufzeit
Mitteilung schliessen

Info: envoi de lettres

Étant donné qu'il y a un arrêt partiel à la Poste Suisse pour l'envoi de lettres vers divers pays en raison de la crise de Corona, nous vous demandons d’envoyer votre lettre par e-mail, fax ou les médias sociaux (si disponibles) et/ou de l'envoyez via l'ambassade avec la demande de transmission à la personne désignée.

Merci beaucoup pour votre soutien et restez en bonne santé.

Des militants libérés sont placés sous contrôle judiciaire

AI-Index: AFR 29/2007/2020

Les militants guinéens en faveur de la démocratie Ibrahima Diallo et Sékou Koundono ont été remis en liberté le 13 mars, mais sont toujours inculpés et demeurent tous deux sous contrôle judiciaire. Amnesty International estime que les charges retenues contre eux – agression, outrage à un fonctionnaire public et production et diffusion de données menaçant l'ordre public et la sécurité – sont forgées de toutes pièces et doivent être abandonnées immédiatement et sans condition, dans l'attente des conclusions d'une enquête.

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Le 7 mars, Ibrahima Diallo, coordinateur des opérations du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), se trouvait chez lui avec son épouse Asmaou Barry et le militant Sékou Koundono lorsqu'une vingtaine d'agents de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) sont entrés dans la maison, sans mandat.

Selon l'épouse d'Ibrahima Diallo, deux agents de la BRI ont escaladé le mur pour ouvrir le portail. Ils ont cassé le portail, puis la deuxième porte pour entrer dans la maison.

Le FNDC est une coalition d'organisations non gouvernementales et de partis d'opposition qui ont boycotté le processus de consultation à l’origine des manifestations nationales contre une éventuelle révision de la Constitution en octobre 2019. Depuis que le FNDC a annoncé les premières manifestations, de nombreux manifestants et passants ont été tués au cours d’actions de protestation. Des dirigeants de mouvements en faveur de la démocratie et de nombreux manifestants ont été arrêtés et condamnés. Le 22 octobre 2019, le tribunal de Dixinn a déclaré Abdourahamane Sano, Alpha Soumah (alias Bill de Sam), Ibrahima Diallo, Bailo Barry et Sékou Koundouno coupables d'«incitation directe à un rassemblement non armé». Abdourahamane Sano a été condamné à un an de prison et les autres à six mois. Ils ont été libérés sous caution le 28 novembre 2019, dans l'attente de l'examen de leur recours.

La veille de leur arrestation, le FNDC avait organisé une conférence de presse à la maison de la presse de Conakry pour répondre aux accusations portées contre eux par le directeur de la Direction centrale de la police judiciaire (DPJ). Au cours de cette conférence de presse, ils ont accusé le commissaire Fabou Camara, à la tête de la DPJ, d’avoir procédé à des écoutes téléphoniques, à des actes de torture et à d'autres mauvais traitements.

Durant une conférence de presse tenue le 5 mars 2020, le commissaire Fabou Camara a établi un lien entre l'incendie d'une citerne dans le quartier de Tombolia, dans la nuit du 26 au 27 février, et les activités du FNDC. Il a expliqué comment, au moyen d'infiltrations et de mises sur écoute téléphonique, les services de police sous sa direction sont parvenus à la conclusion que l'incendie comptait parmi les nombreux actes de violence décidés au cours d'une réunion de planification à laquelle «d'autres membres du FNDC ont participé».

Après avoir été reportés, les élections législatives et un référendum constitutionnel se tiendront en Guinée le 22 mars.

Amnesty International a recensé plusieurs arrestations et détentions arbitraires visant des opposants au référendum.

 

Passez à l'action

  • Envoyez un appel en utilisant vos propres mots ou en vous inspirant du modèle de lettre ci-dessous.
  • Merci d'agir dans les plus brefs délais, avant le 1er mai 2020.
  • Veuillez écrire des lettres/messages courtois en Français ou dans votre propre langue.

Modèle de lettre

Monsieur le Ministre,

Je tiens à saluer la remise en liberté des militants Ibrahima Diallo et Sékou Koundono le 13 mars, mais demeure préoccupé•e par le fait qu'ils soient tous deux placés sous contrôle judiciaire et que les accusations forgées de toutes pièces portées contre eux d'agression, d’outrage à un fonctionnaire public et de production et diffusion de données menaçant l'ordre public et la sécurité soient toujours en instance devant les tribunaux.

Le 12 mars, la cour d'appel a ordonné la libération d'Ibrahima Diallo et de Sékou Koundouno. Les deux militants ont été remis en liberté le lendemain, le 13 mars, mais demeurent placés sous contrôle judiciaire. Ils doivent se présenter une fois par semaine au bureau du juge d'instruction en charge de l'affaire.

Amnesty International estime que ces deux militants sont inculpés d'accusations forgées de toutes pièces en raison de leurs propos concernant le commissaire Fabou Camara, ce qui bafoue le droit à la liberté d'expression, garanti par la Constitution guinéenne (articles 7 et 10) et les obligations internationales de la Guinée.

À la lumière de ce qui précède, je vous prie instamment de:
- abandonner immédiatement et sans condition les charges retenues contre eux et mettre un terme au contrôle judiciaire;
- veiller à ce qu’il n’y ait pas de nouvelles arrestations liées à l’exercice du droit à la liberté d'expression.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de ma haute considération,

Appels à

Mohamed Lamine Fofana
Ministre de la Justice
BP : 564 Conakry, Guinée

Courriel : malafof74@gmail.com

Monsieur le Ministre,

 

 

Copies à

Ambassade de la République de Guinée
Rue du Valais 7-9
1202 Genève

Fax: 022 731 65 54
E-mail: mission.guinea@ties.itu.int
9 Briefe verschickt  
My Urgent Actions
Fürs Mitzählen lassen Ihres Briefes und Update-Funktion zu nutzen müssen Sie sich
einloggen oder
anmelden
Downloads
UA 029/20-1 english
Microsoft Word Document, 30.3 kB
UA 029/20-1 français
Microsoft Word Document, 31.1 kB
UA 029/20-1 deutsch
Microsoft Word Document, 30.9 kB
Aktionsabfolge
Mehr zum Thema

Folter

Warum ist Folter immer falsch und nutzlos? Wie engagiert sich Amnesty für die Wahrung des absoluten Folterverbots? Mehr