Benutzerspezifische Werkzeuge
Amnesty Urgent Actions
Startseite Urgent Actions 2014 12 Indigenous community harassed for activism
UA 311/14
Mexique
Abgeschlossen am 23. Januar 2015

Une communauté indigène harcelée en raison de sa mobilisation

AI-Index: AMR 41/044/2014

Des responsables indigènes et d'autres membres de leur communauté ont été victimes d'actes d'intimidation et de harcèlement en raison de leur opposition à la construction d'un nouveau parc éolien dans l’isthme de Tehuantepec, dans le sud du Mexique. On craint qu'ils ne soient victimes de nouvelles menaces.

Des membres de l'Assemblée populaire des peuples de Juchiteco (APPJ), une organisation de peuples indigènes de Juchitán, dans l'État d'Oaxaca, ont indiqués qu'ils avaient été victimes de menaces, apparemment liées à leur opposition à la construction d'un nouveau parc éolien au sein de leur communauté. Le 5 décembre, María del Carmen Ruíz Martínez, membre de l'APPJ, a reçu un appel téléphonique menaçant d'une femme dont on ignore l'identité lui ordonnant, à elle et ses collègues, de ne pas assister aux réunions sur le projet de construction du parc éolien. Le 4 décembre, María Isabel Jiménez Salinas, une autre membre de l'APPJ, a indiqué qu'elle avait été suivie par une moto alors qu'elle raccompagnait Mariano Gómez López, membre, porte parole et avocat de l'APPJ, à son domicile. María Isabel Jiménez Salinas a réussi à échapper à la moto en s'engageant dans une ruelle. Lorsqu'elle est rentrée chez elle, María Isabel Jiménez Salinas a entendu des coups de feu visant sa porte d'entrée, sa fenêtre et une ruelle à côté de son domicile. Un voisin a déclaré qu'il avait vu un homme récupérant les restes des balles. Le même soir, Mariano Gómez López a indiqué qu'une voiture aux vitres tintées que personne ne reconnaissait dans le voisinage était restée garée devant chez lui avec le moteur allumé pendant 10 minutes. Un peu plus tôt, Mariano Gómez López avait également signalé qu'il avait vu des hommes inconnus passer devant chez lui à vélo. L'un d'eux portait une casquette et l'autre avait la tête couverte d'une écharpe.

Ces évènements sont intervenus juste après une réunion de consultation officielle pour le projet de construction d'un nouveau parc éolien dans la région, le 4 décembre. Le projet avait été approuvé par une majorité des membres de la communauté mais une minorité de résidents avaient demandé plus de temps pour analyser le projet et ses effets potentiels sur l'agriculture et la terre de la communauté. À la fin de la réunion de consultation, une altercation a eu lieu entre les deux groupes. Bien qu'il ne soit pas encore en activité, un autre parc éolien a déjà été construit dans la région. D’autres organisations locales et dirigeants de communautés indigènes qui se sont opposés à la construction de parcs éoliens dans la région ont été victimes de menaces et d'agressions par le passé.

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Des membres des communautés indigènes vivant dans l’État d’Oaxaca se sont déjà opposés à la construction de parcs éoliens sur leurs terres par le passé. Ils affirmaient qu'aucun processus de consultation approprié visant à obtenir leur consentement préalable, libre et éclairé – condition pourtant exigée par la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones – n'avait eu lieu et qu'ils craignaient que de tels parcs éoliens aient des répercussions négatives sur leur agriculture et leurs terres. En raison de leur opposition, ces communautés ont été victimes de menaces et de manœuvres d’intimidation pendant plusieurs mois. Le gouvernement a amorcé un processus de consultation, mais n'a pas précisé dans quelle mesure celui-ci se déroulerait conformément aux normes internationales et comment cela devait permettre d'éviter que les tensions au sein de la communauté ne s'aggravent. Au Mexique, les défenseurs des droits humains et les journalistes sont souvent victimes d'agressions, de menaces, d'enlèvements et d'homicides en représailles du travail légitime et essentiel qu'ils effectuent. Les responsables de ces violences ne sont pratiquement jamais traduits en justice. Amnesty International a salué la mise en place, en 2012, d'un mécanisme pour la protection des défenseurs des droits humains et des journalistes. Cependant, si plus de 100 défenseurs et journalistes en danger ont sollicité une protection, beaucoup n'ont pas bénéficié d'une réaction prompte et efficace, ce qui a été source d'irritation, d'insécurité et de désillusions. Bien que le gouvernement affirme que le mécanisme fonctionne correctement, il est loin d'être totalement opérationnel car il manque de personnel formé, de ressources et du soutien de personnalités politiques : des conditions indispensables pour que les mesures de protection envisagées par le gouvernement soient mises en œuvre par les autorités à tous les niveaux. L'impunité dont bénéficient les auteurs d'agressions, en raison d'enquêtes inefficaces souvent menées par des autorités d'État soupçonnées d'être elles-mêmes impliquées dans les menaces, alimente une certaine tolérance à l'égard des attaques. Le mécanisme devrait n'être que l'une des composantes d'une stratégie globale visant à lutter contre les violences dont sont victimes les journalistes et les personnes qui défendent les droits humains. Jusqu'à présent, le gouvernement fédéral n'a pas réagi de manière convaincante au climat d'hostilité qui prévaut dans plusieurs États à l'égard des défenseurs et des journalistes. Dans un rapport publié récemment, Amnesty International fait état de plusieurs homicides, enlèvements, menaces de mort et actes d'intimidation et d'une utilisation croissante du système judiciaire pour intimider et réprimer les défenseurs des droits humains dans la région des Amériques ces dernières années. D'autres cas liés à l'isthme de Tehuantepec , tels que celui de Bettina Cruz Velázquez ou du Comité de défense intégrale des droits de l'Homme de Gobixha, figurent dans le rapport Defender derechos humanos en las Américas: Necesario, legitimo y peligroso (http://www.amnesty.org/es/library/info/AMR01/003/2014/es). La version anglaise sera bientôt disponible.

 

13 Briefe verschickt  
My Urgent Actions
Fürs Mitzählen lassen Ihres Briefes und Update-Funktion zu nutzen müssen Sie sich
einloggen oder
anmelden
Downloads
UA 311/14 english
Microsoft Word Document, 64.0 kB
UA 311/14 espagnol
Microsoft Word Document, 192.5 kB
UA 311/14 deutsch
Microsoft Word Document, 66.0 kB
UA 311/14 français
Microsoft Word Document, 63.5 kB