Benutzerspezifische Werkzeuge
Amnesty Urgent Actions
Startseite Urgent Actions 2014 12 Stop imminent execution of five prisoners Execution looms for a Filipino national
FI 305/14-7
Indonésie
Abgeschlossen am 18. August 2015

Craintes d’exécution prochaine pour une ressortissante philippine

AI-Index: ASA 21/2034/2015

Une personne risque toujours d’être exécutée en Indonésie à l’issue du mois de jeûne du ramadan.

La ressortissante des Philippines Mary Jane Veloso devait être exécutée en avril mais a bénéficié d’un sursis à la dernière minute. Les services du procureur général d’Indonésie ont annoncé que ce sursis lui avait été accordé à la suite d’une requête du président philippin en vue de lui permettre de témoigner au procès d’une femme accusée de s’être servie d’elle comme «mule» sans qu’elle le sache. Ils attendent encore les résultats d’une enquête menée par les autorités philippines pour déterminer si elle a été victime de traite. Mary Jane Veloso se trouve à la prison de Wirogunan, à Yogyakarta.

Le porte-parole des services du procureur général d’Indonésie a indiqué le 22 juin qu’aucune exécution n’aurait lieu pendant le mois du ramadan, qui prendra fin mi-juillet. Aucune nouvelle date d’exécution n’a été annoncée.

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Mary Jane Fiesta Veloso a été condamnée à mort par le tribunal de district de Sleman en octobre 2010 pour avoir tenté, en avril de la même année, de faire passer 2,6 kilos d’héroïne à l’aéroport de Yogyakarta (Indonésie) depuis la Malaisie. La Cour suprême a rejeté sa demande de révision en mars 2015. Selon son avocat actuel, cette femme n’avait pas d’avocat ni d’interprète lorsque la police indonésienne l’a interrogée dans la langue locale, qu’elle ne comprenait pas. Pendant son procès, elle était assistée par un interprète désigné par les tribunaux mais n’ayant pas le titre d’expert judiciaire. Il s’agissait en réalité d’un étudiant d’une école de langues étrangères de Yogyakarta, chargé de traduire les interventions depuis le bahasa indonesia vers l’anglais, langue que Mary Jane Fiesta Veloso ne maîtrisait pas non plus. Son exécution a été annulée à la dernière minute, afin qu’elle puisse témoigner au procès de la personne accusée de l’avoir utilisée comme «mule» à son insu.
L’Indonésie a procédé à 14 exécutions depuis le début de l’année 2015. Tous les prisonniers concernés avaient été condamnés pour trafic de stupéfiants. Environ 125 personnes seraient actuellement sous le coup d’une peine de mort en Indonésie, dont 50 pour des infractions à la législation sur les stupéfiants. Pourtant, ce type d’infraction ne satisfait pas aux critères définissant les « crimes les plus graves » pour lesquels le recours à la peine capitale est autorisé par le droit international.
Amnesty International estime que la peine de mort constitue le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit, ainsi qu’une violation du droit à la vie, inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Aux termes de l’article 6-6 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), auquel l’Indonésie est partie : « Aucune disposition du présent article ne peut être invoquée pour retarder ou empêcher l’abolition de la peine capitale par un État partie au présent Pacte ». Le Comité des droits de l'homme, organe d’experts qui surveille la mise en œuvre du PIDCP, a indiqué que, «d’une manière générale, l’abolition est évoquée dans [l’article 6] en des termes qui suggèrent […] que l’abolition est souhaitable», et que «toutes les mesures prises pour abolir la peine de mort doivent être considérées comme un progrès vers la jouissance du droit à la vie».
Amnesty International est opposée à la peine capitale en toutes circonstances, sans exception, et soutient les appels, figurant notamment dans cinq résolutions adoptées par l’Assemblée générale des Nations unies depuis 2007, en faveur d’un moratoire sur les exécutions en vue de l’abolition de ce châtiment. À ce jour, 140 pays ont aboli la peine capitale en droit ou en pratique. Sur les 41 États que compte la région Asie-Pacifique, 18 l’ont abolie pour tous les crimes et 10 sont abolitionnistes dans la pratique.

9 Briefe verschickt  
My Urgent Actions
Fürs Mitzählen lassen Ihres Briefes und Update-Funktion zu nutzen müssen Sie sich
einloggen oder
anmelden
Downloads
UA 305/14-7 english
Microsoft Word Document, 60.5 kB
UA 305/14-7 français
Microsoft Word Document, 61.0 kB
UA 305/14-7 deutsch
Microsoft Word Document, 64.5 kB
Mehr zum Thema

Todesstrafe

In welchen Ländern existiert die Todesstrafe noch immer? Wie viele Menschen werden jährlich weltweit hingerichtet? Mehr