Benutzerspezifische Werkzeuge
Amnesty Urgent Actions
Startseite Urgent Actions 2011 08 Belgrade pride must go ahead
UA 253/11
Serbie
Abgeschlossen am 1. September 2011

La marche des fiertés de Belgrade doit avoir lieu

AI-Index: EUR 70/014/2011

Amnesty International craint que le droit à la liberté d'expression et de réunion des LGBT ne soit pas respecté par le gouvernement serbe.

Les organisateurs de la marche des fiertés de Belgrade ont annoncé leur intention d'organiser cet événement en septembre. Ils ont demandé la coopération du ministère serbe de l'Intérieur et d'autres ministères concernés afin de garantir la tenue de ce défilé. Le ministre de l'Intérieur, Ivica Dačić, a publiquement fait part de ses craintes concernant les risques en matière de sécurité liés à la marche des fiertés, et a demandé le soutien du gouvernement serbe, y compris du président, et du maire et de l'Assemblée de Belgrade.

C'est la quatrième fois que cet événement est prévu à Belgrade. En 2010, la police a protégé les participants des contre-manifestants violents ; plus de 100 personnes, principalement des policiers, ont été blessées. Les dommages causés à des biens municipaux ont été estimés à plus d'un million d'euros. En 2009, la marche des fiertés était aussi prévue pour septembre mais elle n'a pas eu lieu car les autorités ont refusé au dernier moment de fournir des services de sécurité, des groupes d'extrême-droite ayant adressé des menaces.

Amnesty International a salué les mesures prises par le ministère de l'Intérieur, notamment la police de Belgrade, pour garantir le droit à la liberté d'expression des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres pendant la marche des fiertés de Belgrade de 2010. L'organisation appelle les autorités à veiller à ce que les mêmes mesures soient mises en place pour le défilé de cette année.

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Amnesty International peut témoigner de la situation, ayant participé à la marche des fiertés de Belgrade ; l'organisation connaît bien les énormes problèmes auxquels les autorités ont dû faire face en 2010, notamment le ministère de l'Intérieur, qui a dû s'attaquer à un énorme défi en matière de sécurité, causé par les menaces et les actions de groupes d'extrême-droite qui, malgré le déploiement de 5 000 policiers, ont transformé ce qui aurait dû être un moment de célébration en un des épisodes les plus violents que Belgrade ait connus ces dernières années. Peu d'auteurs présumés de ces violences ou des menaces adressées aux organisateurs et partisans du défilé ont été traduits en justice.
Le maire de Belgrade a déjà refusé de soutenir la marche des fiertés en déclarant que cet événement constitue un risque pour « les biens, les membres de la communauté gay, la police et les citoyens de Belgrade ».
Le maire de Jagodina, dans le centre du pays, dont le parti est inclus dans le gouvernement de coalition, a plusieurs fois affirmé que les gays sont malades et que l'homosexualité est contraire aux valeurs religieuses et familiales serbes, et a demandé l'annulation de la marche des fiertés. De plus, des membres de groupes d'extrême-droite ont réclamé l'interdiction du défilé et annoncé qu'ils prendraient des mesures pour l'empêcher d'avoir lieu.

3 Briefe verschickt  
My Urgent Actions
Fürs Mitzählen lassen Ihres Briefes und Update-Funktion zu nutzen müssen Sie sich
einloggen oder
anmelden
Downloads
UA 253/11 english
Microsoft Word Document, 58.5 kB
UA 253/11 deutsch
Microsoft Word Document, 60.0 kB
UA 253/11 français
Microsoft Word Document, 61.5 kB
Aktionsabfolge
Mehr zum Thema

LGBTI

Jeder Mensch hat die gleichen Rechte – doch trotzdem werden Homosexuelle in vielen Ländern bedroht, ins Gefängnis gesteckt oder gar zur Hinrichtung verurteilt. Mehr