Benutzerspezifische Werkzeuge
Amnesty Urgent Actions
Startseite Urgent Actions 2011 03 Eight activists detained Further arrests of activists and doctors
FI 079/11-1
Bahreïn
Abgeschlossen am 11. April 2011

Nouvelles arrestations de militants et de médecins

AI-Index: MDE 11/015/2011

La répression qui vise des médecins et des militants de l’opposition chiites se poursuit à Bahreïn : six autres personnes ont été arrêtées ces derniers jours. Amnesty International pense qu’elles sont détenues uniquement parce qu’elles ont critiqué le régime et participé aux manifestations. Il s’agit donc de prisonniers d’opinion.

Salah Abdullah al khawaja, militant de l’opposition, a été arrêté le 21 mars à son domicile. Sa famille ignore où il est détenu. Il aurait récemment dénoncé les attaques de manifestants par les forces de sécurité bahreïnites dans des interviews accordées à des chaînes de télévision arabes par satellite et aurait contribué activement à la recherche d’informations sur des cas de violations des droits humains.

Ali al Ekri, médecin à l’hôpital al Salmaniya de Manama, a été arrêté le 17 mars. On ignore où il se trouve, tout comme ses quatre confrères du même hôpital, Bassem Dhaif, Ghassan Dhaif, Nada Dhaif et Mahmood Ashgar. Les autorités n’ont pas révélé où ces personnes étaient détenues. Un sixième médecin a été arrêté, puis relâché. Certains d’entre eux avaient accordé des interviews télévisées dans lesquelles ils condamnaient l’attitude des forces de sécurité, qui attaquaient des manifestants et empêchaient les professionnels de la santé de porter secours aux blessés, notamment en bloquant l’accès à l’hôpital aux personnes ayant besoin de soins et en empêchant le personnel médical de quitter son lieu de travail.

Le 23 mars, un médecin de l’hôpital al Salmaniya a indiqué à Amnesty International que de nombreux médecins et infirmiers avaient reçu ces derniers jours des SMS anonymes menaçant leur vie. Voici le contenu de l’un de ses messages : « N’allez pas à l’hôpital. Si vous allez au travail, vous mourrez dans un accident de voiture. »

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Bahreïn est le théâtre de manifestations populaires inspirées par celles ayant eu lieu en Tunisie et en Égypte, et ce depuis le 14 février 2011, date à laquelle une « Journée de la colère » a été organisée à l’occasion du 10e anniversaire de l’adoption de la Charte d’action nationale, un programme de réformes pour Bahreïn. Les manifestants sont en grande partie issus de la majorité chiite, qui représente quelque 70 % de la population mais se dit victime de discriminations et exclue par la minorité sunnite au pouvoir. Ils demandent une nouvelle constitution, un gouvernement élu, une plus grande liberté et davantage d’opportunités. Sept manifestants ont été tués par les forces de sécurité en février et des centaines de personnes ont été blessées, dont beaucoup par des balles en caoutchouc et des policiers antiémeutes armés de fusils. Une courte trêve a eu lieu après que le gouvernement eut proposé l’instauration d’un dialogue national faisant participer militants de l’opposition et associations politiques, mais elle a pris fin au début de la semaine du 14 mars, après l’envoi par l’Arabie saoudite d’un millier de soldats en renfort des forces gouvernementales et l’arrivée de 500 policiers en provenance des Émirats arabes unis. Les forces de sécurité bahreïnites, soutenues par ces forces étrangères, ont alors lancé une opération de répression brutale qui a donné lieu à des affrontements entre forces de sécurité et manifestants, et fait de nouveaux morts et blessés. Le roi a proclamé l’état d’urgence pour trois mois et une grande partie de Bahreïn est soumise à ce qui a toutes les apparences d’un couvre-feu. Au moins deux ministres du gouvernement, cinq membres du Conseil consultatif, un conseiller du roi et de nombreux juges officiant au sein de tribunaux islamiques (se fondant sur la charia) – qui sont tous des musulmans chiites – ont démissionné, en signe de protestation contre le recours des autorités à une force excessive.

6 Briefe verschickt  
My Urgent Actions
Fürs Mitzählen lassen Ihres Briefes und Update-Funktion zu nutzen müssen Sie sich
einloggen oder
anmelden
Downloads
UA 079/11-1 english
Microsoft Word Document, 60.5 kB
UA 079/11-1 français
Microsoft Word Document, 59.0 kB
UA 079/11-1 deutsch
Microsoft Word Document, 61.5 kB
UA 079/11-1 espagnol
Microsoft Word Document, 216.0 kB
Aktionsabfolge
Mehr zum Thema

Folter

Warum ist Folter immer falsch und nutzlos? Wie engagiert sich Amnesty für die Wahrung des absoluten Folterverbots? Mehr