Benutzerspezifische Werkzeuge
Amnesty Urgent Actions
Startseite Urgent Actions 2010 11 Activists held incommunicado Activist and journalist’s charges dropped
FI 231/10-2
Soudan
Abgeschlossen am 13. Dezember 2011

Abandon des poursuites contre un militant et un journaliste

AI-Index: AFR 54/040/2010

Mardi 13 décembre, les poursuites engagées contre Abdelrahman Adam Abdelrahman, militant des droits humains, et Jaafar Alsabki Ibrahim, journaliste, ont été abandonnées à la demande du ministre soudanais de la Justice.

Abdelrahman Adam Abdelrahman, militant darfourien, a été arrêté le 30 octobre 2010, puis détenu au secret par le Service national de la sûreté et du renseignement soudanais à Khartoum, la capitale fédérale du Soudan. Il a été remis en liberté le 4 décembre 2011. Abdelrahman Adam Abdelrahman est le directeur adjoint du Réseau de défense des droits de l'homme en faveur de la démocratie, une coalition d’organisations militantes qui publie des rapports sur la situation des droits humains au Darfour. Il aurait été soumis à la torture et à d’autres formes de mauvais traitements pendant qu’il se trouvait en détention au secret.

Jaafar Alsabki Ibrahim, un journaliste darfourien collaborant au quotidien d’opposition Al Sahafa, a été appréhendé le 3 novembre 2010 par le Service national de la sûreté et du renseignement sur son lieu de travail, à Khartoum. Il a été libéré sous caution en août 2011 pendant la fête de l’Aïd, sur ordre du président, Omar el Béchir.

Ces interpellations se sont inscrites dans la vague d’arrestations menées en octobre et novembre 2010, qui visaient des défenseurs des droits humains et des journalistes darfouriens associés à Radio Dabanga, une station de radio soudanaise dont la licence est enregistrée aux Pays-Bas et qui diffuse des informations sur le conflit au Darfour. Plusieurs détenus ont été relâchés sans inculpation au bout de plusieurs mois, tandis que d’autres ont été maintenus en détention dans des lieux secrets sans pouvoir entrer en contact avec leur famille ni leur avocat. En juin 2011, des poursuites ont été ouvertes contre sept des détenus.

Vendredi 9 décembre, Mohamed Bechara Dausa, le ministre de la Justice, a décidé d’abandonner les charges en rapport avec Radio Dabanga, et ordonné que Abdelrahman Adam Abdelrahman, Jaafar Alsabki Ibrahim et un autre accusé soient mis hors de cause. Une semaine plus tôt, les poursuites engagées contre les quatre autres détenus avaient déjà été abandonnées.

Mardi 13 décembre, un juge a appliqué l’arrêté ministériel et abandonné toutes les charges retenues contre eux. L’affaire est désormais officiellement close.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

0 Briefe verschickt  
Downloads
x UA 231/10-2 english
Microsoft Word Document, 53.5 kB
x UA 231/10-2 français
Microsoft Word Document, 54.0 kB
x UA 231/10-2 deutsch
Microsoft Word Document, 55.0 kB
Aktionsabfolge
Mehr zum Thema

Folter

Warum ist Folter immer falsch und nutzlos? Wie engagiert sich Amnesty für die Wahrung des absoluten Folterverbots? Mehr

Menschenrechtsverteidiger

Grundlegende Infos über die Menschenrechte und die verschiedenen internationalen Abkommen. Mehr