Benutzerspezifische Werkzeuge
Amnesty Urgent Actions
Startseite Urgent Actions 2010 10 10,000 at imminent risk of forced eviction
UA 218/10
Tchad
Abgeschlossen am 18. November 2010

10 000 Personnes risquent d’être bientôt expulsées de force

AI-Index: AFR 20/011/2010

Environ 10 000 personnes risquent d’être expulsées de force d’Ambatta, un quartier de N’Djamena, la capitale du Tchad. Les autorités ont averti les habitants qu’ils devaient partir de chez eux avant la fin de la saison des pluies (aux alentours de mi-octobre) afin de permettre la construction de logements modernes. Les personnes concernées n’ont pas été consultées à propos de cette décision et aucune solution de relogement ne leur a été proposée.

Au début du mois de mai 2010, un groupe de personnes inconnues des habitants d'Ambatta a commencé à peindre des croix rouges sur les murs des maisons du quartier. Ces personnes ont dit aux habitants qu’ils devaient partir de chez eux. En juin, le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme et de l’habitat s’est rendu à Ambatta et a annoncé que le quartier allait être utilisé par les autorités pour construire des « logements sociaux » dans le cadre du projet gouvernemental visant à bâtir 10 000 logements sociaux à N’Djamena. Les autorités n’ont proposé aucune indemnisation aux habitants. Elles avaient auparavant déclaré aux habitants du quartier d’Ambatta qu’il s’agissait d’une zone protégée et qu’il était interdit d’y construire des logements.

Le 15 mai, les habitants d’Ambatta se sont réunis et ont formé un comité pour négocier avec les autorités et défendre leurs droits fondamentaux. Ce comité a envoyé plusieurs lettres aux autorités du Tchad, notamment au président de la République, au président de l’Assemblée nationale et au ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme et de l’habitat, mais il n’a pour l’instant reçu aucune réponse.

Certaines personnes vivent à Ambatta depuis plus de vingt ans. La plupart des habitants occupent des emplois faiblement rémunérés, dans l’enseignement ou le domaine associatif notamment, et n’ont bien souvent pas d’autre endroit où vivre si leur maison est détruite. Outre les bâtiments d’habitation, cinq écoles d’Ambatta risquent également d'être démolies.

INFORMATIONS GÉNÉRALES


Des expulsions forcées ont lieu depuis mars 2008 à N'Djamena, dans un mépris total de la protection juridique et de toutes les autres mesures de protection requises à la fois par la législation tchadienne et par les normes internationales auxquelles le Tchad est partie. Par le passé, les autorités de ce pays ont commencé à démolir des logements sans véritablement consulter au préalable les personnes concernées afin d’identifier toutes les solutions qui permettraient d’éviter ces expulsions. Les habitants n’ont pas non plus été consultés sur les possibilités de réinstallation et les solutions de relogement satisfaisantes. Les autorités tchadiennes n’ont offert aucun recours utile tel qu’une indemnisation juste et équitable.

17 Briefe verschickt  
My Urgent Actions
Fürs Mitzählen lassen Ihres Briefes und Update-Funktion zu nutzen müssen Sie sich
einloggen oder
anmelden
Downloads
UA 218/10 english
Microsoft Word Document, 57.0 kB
UA 218/10 français
Microsoft Word Document, 58.0 kB
UA 218/10 deutsch
Microsoft Word Document, 59.0 kB
Aktionsabfolge