Accueil

Actions urgentes

Les Actions urgentes sont le moyen le plus rapide et le plus efficace de venir en aide à des personnes en danger. Vous pouvez vous engager pour des êtres humains menacés de torture, de peine de mort ou d’autres graves violations des droits humains. Dans presque la moitié des cas, les Actions urgentes sont suivies de succès.
Dès qu’Amnesty International est avertie d’une grave violation des droits humains, elle lance une Action urgente et mobilise un réseau de près de 100'000 personnes à travers le monde entier. Ces personnes envoient immédiatement des e-mails, des fax ou des lettres, pour faire pression sur les autorités responsables.
C’est très simple de s’engager. Choisissez simplement l’une des Actions urgentes et envoyez une lettre aux adresses mentionnées. Une lettre modèle est souvent disponible. Si vous vous enregistrez, vous recevrez par e-mail les nouvelles Actions urgentes sur le pays ou le thème qui vous intéresse.

Actions récentes

FI 084/22-2 Hong Kong | 06/12/2022

Veteran radio host released from prison

FI 284/16-11 Chine | 05/12/2022

Journalist’s health further deteriorated

FI 079/22-1 Israël / TPO | 01/12/2022

Palestinian’s solitary confinement renewed

FI 093/22-1 États-Unis (Missouri) | 01/12/2022

La grâce est refusée, les autorités ont procédé a une exécution

FI 092/22-1 Turquie | 25/11/2022

Dispute about jurisdiction

FI 166/17-1 Turquie | 23/11/2022

Urteile gegen Amnesty-Vertreter*innen aufgehoben

Good News

25/10/2022

Slovénie: Abandon des poursuites

«Merci pour vos signatures, merci pour vos actions, merci pour toutes les petites choses que vous avez faites, cela compte vraiment et c’est tellement mieux que de se taire ou de se contenter de désespérer face à l’état du monde. Poursuivez sur votre lancée, je vous en prie, soutenez les militant·e·s, les combattant·e·s, les citoyen·ne·s actifs, partout dans le monde, qui s’efforcent de lutter pour ces valeurs, pour ces valeurs humaines fondamentales. Et oui, ce sera toujours nécessaire à l’avenir, mais si nous restons connectés, si nous restons actifs, si nous collaborons, au-delà des frontières, ensemble, je pense que nous pouvons rester optimistes, comme aujourd’hui en Slovénie, où nous avons toutes les raisons d’être optimistes. Merci encore, poursuivez votre travail remarquable et rendez-vous dans la rue!» Suite

15/08/2022

Maldives: Un militant échappe à un renvoi en prison

«J’aurais dû retourner en prison, car le parquet essayait de m’emprisonner illégalement. Amnesty International est intervenue en urgence, a contacté l’administration pénitentiaire maldivienne pour qu’elle confirme ce que j’avais dit et a écrit au bureau du procureur général et au bureau du procureur de la République. J'adresse mes sincères remerciements aux membres, sympathisants et sympathisantes d’Amnesty International pour leur précieux soutien» , a déclaré Mohamed Rusthum Mujuthaba. Suite

25/05/2022

Égypte: Un journaliste enfin libéré

«Je vous écris ces lignes en tant qu'homme libre, après avoir passé deux ans et cinq mois en prison. Pendant tout ce temps, vous avez soutenu ma cause par tous les moyens possibles, pas seulement la mienne, mais aussi celle d'autres prisonniers enfermés à cause de leurs opinions. Je vous remercie tous pour le soutien constant et les actions urgentes menées en faveur de ma libération. Vous avez été notre voix depuis l'intérieur de la prison et je vous invite à poursuivre votre travail honorable et honnête pour la liberté de chaque être humain, et en particulier les prisonniers d'opinion.» Suite

Besoin de vous!

Choisissez parmi les actions ci-dessous, pour lesquelles peu de lettres ont été envoyées

UA 103/22 Iran → | (5 lettres envoyées) 28 people risk execution in relation to uprising
UA 102/22 Arabie saoudite | (5 lettres envoyées) Jordanian man at imminent risk of execution
UA 100/22 Bahreïn | (7 lettres envoyées) Prisoner of conscience faces new charges
UA 096/22 Sri Lanka | (8 lettres envoyées) Student leaders arbitrarily detained
UA 094/22 Tunisie | (8 lettres envoyées) Filmmaker jailed for drug use denied health care